• La Grange et compagnie vous propose un séjour artistique familial et intergénérationnel : « Dans le lit de l’eau », ou comment  exprimer en musique les impressions et  les émotions que nous procurent ces éléments

    Ce séjour invite grands parents, parents et enfants à vivre ensemble une semaine de chant et de théâtre / conte au contact de la nature en Limousin,  du Samedi 18 avril 2015 à 18h au dimanche 26 avril 2015 à 10h à la Maison du Berger (La Geneytouse, Haute-Vienne) 

    Notre thème sera l'eau et  l’arbre, à partir du recueil de chansons "Dans le lit de l'eau" de Michèle Bernard, complété d'autres chants, et d'un ou plusieurs contes.

     

    Artistes intervenants : Florence Barthe (écriture, mise en scène, chant)et Gildas de Saint Albin (chant, piano).

    Tarif: Stage : enfants 200€ ; adultes 350€

    Hébergement en pension complète: enfants 200€ ; adultes 300€

    Adhésion à l’association (année 2015): enfants 10€, adultes 15€

    Renseignements / inscription: 06 47 26 01 76 contact@la-grange-cie.com

     

    Association La Grange & Compagnie - 35 rue Genevoise 38500 VOIRON


    votre commentaire
  •  

     

    APRES-MIDI FILM-PARTAGE DIMANCHE 22 MARS à 15 H 

    Projection du film réalisé  par l’Association « Accordages »

    Où six octogénaires parlent de leur « goût de la vie »

    Suivi d’un partage des réactions de chacun, avec les réalisateurs

     

    VIEILLIR EN BEAUTÉ, C'EST…

    L'âge n'a rien à voir avec la mort.

    Vieillir en beauté, c'est vieillir avec son cœur, sans remords, sans regarder l'heure;

    Aller de l'avant, arrêter d'avoir peur, car, à chaque âge, se rattache un bonheur.

            

    Vieillir en beauté, c'est vieillir positivement. Ne pas pleurer ses souvenirs d'antan.

    Être fier d'avoir les cheveux blancs, car, pour être heureux, on a encore le temps.

      

    Vieillir en beauté, c'est vieillir avec amour, savoir donner sans attendre en retour;

     

    Car, où que l'on soit, à l'aube du jour, il y a quelqu'un à qui dire bonjour.

     

    RENDEZ-VOUS AU  TEMPLE D’EVIAN

     7 Av de la gare à EVIAN     

    tél 04 50 75 66 03  marcelvonnez@gmail.com

      


    votre commentaire


  • 1 commentaire
  •  

    Rencontre avec le club de gérontologie

     

    Le débat est riche et vivant

     

    Une première personne note l’hétérogénéité des personnes.

    Une autre la philosophie qui se dégage du film : amour de l’autre, sérénité, et autres valeurs.


    Un débat s’engage sur : à qui s’adresse le film ?

    Plutôt les jeunes, ou les soixantenaires, afin de changer le regard sur les vieux… témoignage d’un médecin à qui une dame (environ 60 ans) répond « mon pauvre quand il lui indique qu’il travaille en gériatrie.

    Le montrer à de très vieilles personnes, dépendantes, ou en grande difficulté serait peut-être les mettre en difficulté, les confronter à l’échec : « je n’arrive pas à être comme eux, ou ils ont de la chance ».

    Comment travailler à aider les gens à être, malgré les fragilités. Comment « perdre sans se perdre », comment conserver des possibles, compenser les pertes. Quand on n’a plus cette possibilité comment continue-t-on à s’enrichir ?

    Perdre ses fonctions c’est devoir se faire une autre personnalité..
    Comment se préparer à ces changements (cf. préparation à la retraite)

    D’autres pensent qu’on ne peut pas s’y préparer, mais on peut préparer l’entourage.
    En fait c’est se préparer à la mort.
    Dans le film la mort ne fait pas peur
    Témoignage de Claude Weers qui est passée tout près de la mort, sereine, sans angoisse : « C’est comme s’il se passait quelque chose de chimique dans le corps ».

    Nécessité d’écouter, entendre le chemin.

    En fait ce qui effraye, c’est la souffrance, la dépendance, pour Cl W la mort est un moment, rapide.

    Claude Fages parle du « lent mourir »( cf.Yves Dolomier gériatre à St Étienne)

    Elizabeth Dell’accio cite Louis Vincent Thomas « cette fin de vie qui n’en finit pas de finir »

    À noter que dans le film, tous veulent rester indépendants.
    Peut-on vraiment se préparer à la dépendance, peut-on se projeter dans quelque chose de difficile ?


    Cl Fages, qui s’occupe d’habitat, entend souvent la réponse « c’est trop tôt » alors qu’il ne s’agit que d’anticiper sur des problèmes techniques.

    Une personne note que ces réflexions sont peut-être induites par la déformation professionnelle. Elle-même a bien retrouvé dans le film ce que lui ont dit des personnes qu’elle a interviewées : pas inquiétée par la mort, mais par la souffrance ou la dépendance.

    Un médecin témoigne : quand quelqu’un lui dit qu’il veut mourir, il répond, en plaisantant, mais du tac au tac « c’est bon, je vous fais une ordonnance », la personne le regarde, interloquée.

    Quelqu’un note tous les personnages du film sont toutes en lien : ami, animal. Action caritative, petits enfants…

    Ce qui prime, c’est le désir, la curiosité.

    En fin de séance, Cl Fages remercie Accord’âges pour la qualité du débat qu’a engendré le film (plus vivant et plus riche que d’habitude). Accord’âges dit que c’est là un des objectifs de l’association. Peut-être que le film en dédramatisant la vieillesse peut permettre de mieux pouvoir s’y projeter.

    Un des prochains thèmes qu’ils vont traiter : la résilience

    Marie Carmen Huard cherche à organiser (en relation avec le Mélies ou un autre cinéma…) un festival de films sur la vieillesse

    Le 4 juin 3e journée de géronto-psychiatrie sujet : la crise


    votre commentaire
  •  

    Projection de « Vieillir en goûtant sa vie » aux Vignes 20 01 2015 

     

    Rencontre à la résidence des Vignes, Grenoble

    Nous avons été accueillis par J N Perdrix et Mme Duru  (l’ex et l’actuel président de l’association « Vivre aux Vignes ». La résidence des Vignes,, soit  10 appartements regroupés à services partagés, comprend 1 studio de 25 m2, 8 T2 de 51 à 59 m2, et un T3 avec 3 locataires. Elle se trouve au milieu de 80 logements tout venant à l’île Verte à Grenoble.

     

    Ces 14 locataires partagent le salaire de personnel ADPA, assurant une présence 24/24 (soit 6 ou 7 personnes par roulement), ce qui représente un coût de 1100 € par personne, dont une partie est prise par l’APA. Les locataires (bailleur ACTIS) profitent également de la salle polyvalente où ont lieu les activités et d’une salle de restauration dans un T2 à l’étage.

     

    La projection du film a ainsi eu lieu dans la salle polyvalente du rez-de-chaussée, en présence d’une dizaine de résidents et en plus de Mr J N Perdrix et de Mme Duru, de D Muller, qui propose la gym douce le lundi et de plusieurs bénévoles et/ou visiteurs habituels, ainsi qu’un ancien résident.

     

    Malgré un petit problème technique au début, tout le monde a vu le film.

     

    Discussion assez informelle, pas « modérée ».

     

    Réactions très variées entre « on se reconnait bien » d’un visiteur, « ils ont tout dit » d’une résidente,  « ce film n’apporte rien » d’un bénévole, et « ce ne sont que des gens riches »  d’une autre résidente…

     

    Des contacts ont été pris avec plusieurs personnes résidentes (dont un monsieur récemment entré et le monsieur ex-pensionnaire) ou des intervenants (prof de gym, aide-soignante). Ces personnes sont partantes pour témoigner dans notre prochain film : « où et comment mieux vivre notre avancée en âge » (titre provisoire), nous les en remercions par avance.

     


    votre commentaire
  •  

    Paroles autour du film

     

     

     

     

    Suite à l’aimable invitation  de Madame Hélène Journaud, responsable des relais lecture du réseau des bibliothèques de Grenoble (actions de proximité, service portage de livres, animations dans des lieux de vie et de loisir de personnes âgées), et de Mr Nicolas Micoud, responsable de la bibliothèque Teisseire-Malherbe

     

    Projection du film sur écran dans la salle d’animation de la bibliothèque, utilisée pour les accueils de groupe, les projections et les jeux vidéo (spécificité de la bibliothèque Teisseire dans le réseau des bibliothèques de Grenoble)                                    

    30 personnes présentes. Applaudissements fournis à la fin de la projection.

     

    Interventions, en vrac 

     

    Comment avez-vous rencontré ces personnes ?

    Quel était votre objectif, il me semble que c’est une vue idyllique de la vieillesse.

    Plutôt que de ne parler qu’en négatif du passage en maison de retraite, ne devrait-on pas indiquer ce qui existe déjà dans l’intervalle (maintien à domicile et tout l’arsenal…),

    ça rend optimiste, ça fait du bien…,

    Le point commun de toutes ces personnes, c’est l’élan qu’elles ont, mais ça ne se décrète pas…,

    L’important, c’est d’être en mouvement,

    Le film a l’avantage de pouvoir modifier les représentations de la vieillesse,

     

     

    C’est comme s’ils nous donnaient des recettes pour bien vieillir,

    Et l’animal domestique en résidence ? Ce n’est pas interdit en théorie, mais en pratique le maître doit s’en occuper lui-même. En général actuellement on opte plutôt pour des animaux « collectifs » décidés dans le projet d’établissement ; et de préférence des poissons en aquarium (plus compatibles avec les contraintes hygiéniques).

    D’accord, vos personnes sont bien, mais c’est important aussi de pouvoir parler de ce qui ne va pas.

    Regret que le film ne montre pas la diversité des situations, en particulier le cas de vieilles personnes immigrées contraintes de rester là où elles ont vécu leur vie professionnelle, en décalage avec des solutions proposées actuellement.

     

    Paroles d’Accord’âges

    Les contacts se sont faits naturellement, une connaissance en entrainant une autre. Notre objectif était en montrant la part qui reste vivante, créatrice, désirante en chacun, quel que soit son âge, inviter à changer notre regard sur cet âge de la vie,  et non présenter des modèles. Effectivement, nous avons choisi de mettre l’accent sur les désirs qui persistent et non sur les épreuves traversées, ce qui ne signifient pas que chacun n’en est pas eu son lot.

    Cependant nous entendons bien les objections soulevées ; mais comme il est impossible de tout dire dans un seul film, nous avons pris le parti dans ce 1ièer document, de donner la parole à des aînés vivant à leur domicile. Nous sommes conscients que de ce fait, ce film est loin d’évoquer toutes les situations, entre autres la question du « où vieillir ? », quand, du fait d’un domicile inapproprié ou d’une perte plus sévère d’autonomie,  on est contraint d’envisager un changement de son lieu de vie,  d’où la mise en chantier d’un second film : « Où et comment mieux vivre notre avancée en âge » (titre provisoire). 


    votre commentaire
  • Vivre au présent ... avec un agenda 2015

     

     

     

     

     

    Les membres du CA d'Accord'âges tout en vous invitant à "goûter" chaque aube nouvelle, vous souhaitent par avance de bonnes fêtes de fin d'année, et vous proposent :

     

     

    Pour les Isèrois, quelques rendez-vous pour découvrir ou revoir "Vieillir en goûtant sa vie"

    - le 21 janvier 2015 à 18h30 à la bibliothèque Teisseire à Grenoble

    - le 26 février 2015 à 15 h à l'ODYSSÉE à Eybens

     

    Pour information : nous passerons le film à la résidence "Les Vignes", l'île Verte à Grenoble, le 20 janvier à 15h. Si vous souhaitez le projeter dans votre foyer, club, n'hésitez pas à nous contacter par mail : accordages38@gmail.com. Nous verrons comment répondre à votre demande.

     

    Pour vous qui résidez dans un autre département, de vous renseigner auprès de votre CCAS ou du CLIC proche de votre lieu d'habitation ; un certain nombre ont acheté le film, mais nous ne savons pas quand des projections seront prévues.

     


    votre commentaire
  •  

    CLIC de Lagny sur Marne

     

    Une centaine de personnes présentes, invitées par le CLIC Reliage de Lagny sur Marne. Quelques réactions après la projection :

     

    - j'ai été très touchée par ce film qui met en avant des envies et du "positif"

    - une auxiliaire de vie dit qu'il faudrait montrer ce film aux personnes âgées chez elle ; qu'elle voit son travail comme un accompagnement des aînés vers leur projet de vie...et qu'il est important d'entretenir les richesses déjà acquises.

    - "Il me semble que les personnes filmées ne sont pas bien malades..." dit une personne ; à quoi la fille d'une des personnes filmées, présente dans la salle, a répondu que pourtant sa mère est porteuse de lourds handicaps...même si le film ne les pointe pas particulièrement.

    - Une autre personne note la crainte exprimée dans les témoignages, de la perte d'autonomie, crainte qui est commune à tous les personnages.

    - Il est indiqué à cette occasion que l'une des missions du CLIC est justement d'être attentif aux modifications qui peuvent intervenir chez les personnes âgées, et que beaucoup de personnes âgées restent au domicile jusqu'à la fin de leur vie.

    - Est repris par un autre intervenant que l'important, c'est le désir de chacun.

    -Un participant apporte le témoignage de sa mère âgée, résidant actuellement dans un lieu communal, combinant un foyer logement, une crèche et des services médicaux, dans un environnement arboré, en région lyonnaise. Cela semble être une bonne formule.

     

    D'une personne organisatrice de cette séance et ayant découvert le film : "ça donne envie de vivre ...et de vieillir..les personnages sont engagés et évolutifs".


    votre commentaire
  •  


    2 commentaires
  • Rencontre avec une classe de BTS à Grenoble

    Rencontre le jeudi 12 juin 2014, 14 h 30, au Lycée Louise Michel, à Grenoble, avec la classe de BTS Conseillère en Economie Sociale et Familiale et Madame Annie Zannettacci, professeur.

     

    Avant la projection

    Après une courte présentation de l’association Accord’âges et du point de départ du film ; bref tour de table : évocation par plusieurs étudiantes, de travaux de mémoires en cours, sur le thème personnes âgées : « les besoins des personnes âgées », « la problématique de l’intergénérationnel », « l’éligibilité à la prestation APA au Conseil général », « les immigrés âgés (chibanis) »…

    Quelques réactions sur le film, suite à la projection,

    « C’est touchant », « On sent que les personnes âgées ont besoin de « revendiquer » par rapport au discours dominant ambiant les concernant », « On perçoit bien que c’est le corps qui vieillit, pas la tête », « On sent ces personnes, présentées dans le film, bien entourées, ce qui ne semble pas être la généralité ». « On peut se rendre compte que les personnes âgées peuvent changer », « Cela fait moins peur de vieillir » …,

    Puis la discussion s’est élargie : Ne faudrait-t-il pas traiter d’autres sujets ? Par exemple :

    La vie dans certaines institutions : Témoignage de ce qui se fait dans une maison de retraite où on intègre les personnes avec des meubles personnels, autre témoignage d’un EHPAD où le personnel s’adapte aux rythmes des personnes âgées, dans le cadre d’un projet de vie.

    La vie dans certains quartiers ou communes : observations que les personnes âgées sont très impliquées dans des RERS (Réseaux d’Echange Réciproques de Savoir) et dans les SEL( Systèmes d’Echange Locaux).

    Nous avons répondu que cela pourrait peut-être faire l’objet d’autres documents.

    Question du professeur : Comment ce film modifie t-’il l’image que vous avez des personnes âgées ? Quelques réponses :

    « Je ne me rendais pas compte que laisser sa place dans un transport en commun pouvait être mal pris », « Je ne pensais pas que cela pouvait faire tant plaisir d’aller au cinéma, du coup, cela me donne envie d’y emmener ma grand-mère », « Je suis étonnée que des personnes âgées soient à l’aise avec les nouvelles technologies de l’information, ordinateur, tablette… », « On voit que les personnes du film redoutent la dépendance et ne voient pas avec plaisir le séjour en EHPAD », « On a bien aimé que des personne âgées mettent des mots sur leur ressenti et ça fait plaisir de parler des personnes âgées positivement ».

    Fin de la discussion, 16 h 40

     


    votre commentaire